Return to site

Actualités #13

SOMMAIRE

 

  • Lutte contre la pauvreté : financements et contrôle démographique - AR
  • Portrait : Dong Mingzhu - AS
  • Détention de dettes souveraines américaines : vers la fin d’un levier d’influence ? - AR

Lutte contre la pauvreté : financements et contrôle démographique

La Chine, dans la continuité des politiques menées par le passé, compte continuer à combattre la pauvreté par le biais du contrôle des flux migratoires. Alors que le 13ème plan quinquennal chinois prévoit un « allègement » de la pauvreté d’ici 2020 et que le premier ministre Xi Jinping a régulièrement souligné l’importance d’une telle politique, la Chine prévoirait donc le déplacement de plus de 3 millions de citoyens chinois en 2017.

En 2016, 2,5 millions de personnes auraient été concernées par de telles délocalisations, selon les chiffres du CNDR (Commission Nationale du Développement et de la Réforme).

Cette politique se couple aux efforts actuels déployés pour le développement des régions de l’Ouest de la Chine. On pense par exemple à la stratégie « Aller à l’Ouest », censée favoriser l’amorce de dynamiques de développement dans les régions pauvres du pays, et qui devrait bénéficier de plus de 20 millions de dollars cette année.

Antoine Rioual

Portrait : Dong Mingzhu

Dong Mingzhu n’a pas pris un jour de congé en 27 ans. Présidente de Gree Electric (entreprise chinoise spécialisée dans la production d’électroménager et de climatiseurs), « Woman in the mix » selon Forbes Asia et “l’une des plus fortes femmes de business en Chine” selon le New York Times, Dong Mingzhu casse les codes, et elle le fait bien.

Benjamine d’une famille de sept enfants appartenant à la classe ouvrière, Dong voulait être militaire quand elle était enfant. En 1975, elle sort de l’université et travaille dans un laboratoire chimique gouvernemental à Nanjing (est de la Chine) pendant 15 ans. Au début des années 1990, elle arrive chez Gree Electric comme simple vendeuse.

Veuve en 1984 (à 30 ans), Dong a sacrifié sa vie personnelle pour sa vie professionnelle. Mère d’un enfant, elle en confie l’éducation à sa mère. Dans son livre « Regretless Pursuits », elle raconte cette vie de sacrifice : « Mon fils est diplômé de la maternelle à l’université, pas une seule fois je ne suis allée à son école. Avec le pouvoir viennent les responsabilités et les sacrifices. »

En 1994, Dong devient chef des ventes grâce aux innovations qu’elle a apporté dans le processus de vente. En 1996, quand Gree Electric est devenu public, Dong était vice-présidente, puis présidente de l’entreprise en 2001. En 2012, elle gagne sa place en tant que dirigeante du conseil d’administration, et faisait également partie du conseil d’administration de la maison mère de Gree Electric : Gree Group jusqu’à novembre 2016.

Dong a transformé l’entreprise en y travaillant. Elle a fait de Gree Electric le plus grand fabricant de climatiseurs ménagers au monde, et le plus grand fabricant d’appareils électro-ménagers en Chine, générant ainsi un record de 140 billion de Yuan de revenu en 2014. Gree Electric a augmenté son stock de 2300% depuis qu’elle est aux commandes.

Elle a une vision sur le long terme pour Gree Electric pour la transformer en marque globale, augmenter la qualité des produits pour que les autres fabricants chinois s’y collent. Elle a également poussé l’entreprise à se développer sur le marché des nouvelles technologies : énergie solaire, smartphones, technologie robotique, centre de traitement des déchets recyclables, voitures électriques…

Elle travaille également à l’élaboration d’une marque déposée qui ne serait plus « Made in China » mais « Created in China »

Alice Soula

Détention de dettes souveraines américaines : vers la fin d’un levier d’influence ?

La Chine continue de réduire ses créances vis-à-vis des Etats-Unis. Alors qu’elle occupait depuis 2008 la position de plus important créancier vis-à-vis de ces derniers, la Chine a depuis novembre 2015 vu sa détention de dette souveraine américaine chuter d’environ 17%.

Alors que nombre d’économistes et de politiques (y compris Donald J. Trump) estimaient que la position de « super – créancier » chinoise constituait un levier d’influence pour les Etats-Unis, il semblerait que cette situation touche à sa fin.

Si ce changement de positionnement n’affectera probablement pas l’équilibre macroéconomique des Etats-Unis, ou la stabilité de leur monnaie, il pourrait se placer dans la catégorie des signaux faibles indiquant un basculement des équilibres économiques de la dernière décennie.

Antoine Rioual

Sources :

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly