Return to site

Actualités #11

SOMMAIRE

 

  • Grippe aviaire en Chine : déjà 9 morts - AS
  • La Chine à la défense de l'ivoire - AS

Grippe aviaire en Chine : déjà 9 morts

Selon les statistiques de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), depuis mars 2013 plus d’un millier de cas d’infection de grippe aviaire se sont déclenchés en Chine. Or, 9 personnes en sont mortes depuis le 1er janvier 2017 dans trois provinces chinoises : le Henan et le Hunan (centre) ainsi que le Guangdong (sud).

Si l’épidémie actuelle a commencé en septembre, Margaret Chan, la directrice générale de l’OMS, a indiqué une forte augmentation des cas depuis décembre. Elle a appelé à « surveiller de près l’apparition de la grippe aviaire » afin de réussir à « détecter et rapporter les cas humains rapidement ». L’organisation a acquis 350 millions de vaccins pour y faire face.

Le virus H7N9 de la grippe aviaire provoque de graves problèmes respiratoires et est particulièrement fort en hiver. Ce qu’il a de préoccupant est que la volaille porteuse du virus ne montre aucun signe de maladie ; c’est pourquoi malgré les nombreux abattages préventifs qui ont eu lieu ces dernières années, la maladie peut rester et se développer.

Le Centre de protection sanitaire du Département de la santé de la RAS (Région Administrative Spéciale) de Hong-Kong a lancé des appels à l’hygiène personnelle stricte, alimentaire et environnementale à la population et a alerté les professionnels de la santé concernant le développement du virus.

A Macao, les autorités RAS ont procédé à une évaluation du risque tout en prenant en charge et en observant de proches contacts. Elles communiquent avec les autorités en Chine continentale pour le suivi du virus et de ses victimes, ont organisé une conférence de presse au cours de laquelle ils incitent la population chinoise à éviter tout contact avec la volaille vivante.

Alice Soula

La Chine à la défense de l'ivoire

Premier consommateur d’ivoire, la Chine a promis de bannir tout commerce d’ivoire au sein de ses frontières d’ici fin 2017. Dans un pays où l’ivoire peut atteindre 1 050 euros le kilo, il est principalement recherché pour sa symbolique d’appartenance à un statut social élevé.

Le gouvernement chinois avait déjà annoncé en octobre 2015 une interdiction des importations de trophées de chasse en ivoire d’éléphants d’Afrique pour un an. Le 30 décembre 2016, au travers d’un communiqué de presse, le gouvernement de Jinping a fait savoir qu’ils allaient arrêter peu à peu la vente et la transformation de l’ivoire à des fins commerciales. Ainsi, dès la fin du mois de mars 2017, une première vague de vendeurs devront cesser leur commerce ; et les autres devraient suivre.

C’est un geste fort et significatif de la part du gouvernement chinois qui assoit, de cette façon, sa nouvelle autorité et responsabilité environnementale tout en mettant un coup au trafic illégal à l’origine du massacre de milliers de pachydermes sur le continent africain.

Alice Soula

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly